Noria ne sous-traite pas sa recherche à d’autres organisations ou individus. Tout notre travail est produit par des membres de Noria ou des chercheur·es associé·es fort·es d’années d’expérience dans les régions sur lesquelles nous écrivons et nous exprimons publiquement.

Le cycle de la recherche et l’ancrage du terrain

Nos méthodes de recherche ont été choisies pour remplir deux objectifs : produire une connaissance originale de la plus haute qualité, fondée sur un travail de terrain ; et contribuer au développement durable des capacités dans les pays où nous travaillons. Cette approche est guidée par cinq principes généraux :

→ des enquêtes de terrain sur le temps long, visant à recueillir des données originales de première main ;

→ des coopérations durables avec des chercheur·es locaux·les, et l’offre de formation et d’opportunités de recherche pour les jeunes chercheur·es ;

→ un dialogue permanent entre pairs dans le processus de collecte des données, et une revue de toutes les analyses par des pairs ;

→ un processus éditorial interne dédié assurant la production d’une connaissance et d’outils de compréhension accessibles, sous la forme de rapports, de cartes ou d’infographies ;

→ une diffusion sur mesure et une stratégie de plaidoyer visant des publics divers et participant au débat public.

Nos champs de recherche

L’agenda de recherche de Noria comprend cinq grandes thématiques :

→ Paix, guerre et conflits

→ Ordres et représentations politiques

→ Migrations et déplacements

→ Mobilisations et contestation

→ Pouvoirs d’État en pratique

Notre approche de la recherche

Du temps : produire une recherche de qualité demande à ce qu’on y investisse du temps. Reconnaître et respecter cette exigence nous permet d’éviter les erreurs empiriques et les approximations. 

Découvrez nos programmes de recherche

Un ton : Nous sommes convaincus qu’une recherche accessible est d’intérêt général. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à intégrer à notre travail une réflexion éditoriale innovante et à assurer une large diffusion de nos analyses.

Lisez nos publications

Une voix : Qu’ils concernent les chercheur·es travaillant sur les mêmes thématiques que Noria ou les personnes qui acceptent d’échanger avec nous ou de nous aider sur le terrain, certains risques doivent être pris en considération dans notre recherche. La surveillance, les restrictions d’accès, voire parfois les menaces et la violence physique sont des réalités avec lesquelles nous devons composer. Dans ce contexte, les chercheur.e.s ont l’obligation d’agir non seulement pour se protéger, mais pour protéger aussi celles et ceux avec qui ils et elles travaillent, collègues comme enquêté·es.

Rejoignez nos programmes de formation